vendredi 31 octobre 2008

Le trouble anxieux généralisé

anxiété généralisée
Le trouble anxieux généralisé, c’est l’association chronique de soucis excessifs, « pour tout et pour rien », et de manifestations physiques de stress. Le trouble anxieux généralisé est fréquent puisqu’il touche 5% des hommes et 7% des femmes à un moment de leur vie.
Il mérite donc toute notre attention.

Qu’est-ce que le trouble anxieux généralisé ?

Le trouble anxieux généralisé, c’est la maladie des soucis. Les personnes qui en souffrent ont généralement de base un tempérament anxieux, c'est-à-dire une tendance naturelle à s’inquiéter. Au cours de leur vie, certaines d’entre elles vont développer cette propension jusqu’à un point où cette tendance va leur gâcher véritablement la vie. Ils vont s’inquiéter en permanence « pour tout et pour rien », pour leur travail, leur santé, la sécurité de leurs proches, leur situation financière, mais aussi au sujet du risque de guerre et de la conjoncture mondiale. Ce qui fait le caractère pathologique de ce trouble c’est que ses soucis ont un impact négatif sur la vie de la personne. Cette dernière ne peut pas chasser les préoccupations de sa tête Elles sont là en permanence, ne laissant pas la personne en paix. De plus à ces soucis excessifs viennent s’ajouter des manifestations physiques du stress avec des insomnies, une sensation de tension musculaire, des difficultés pour se concentrer, une mémoire qui marche moins bien et même parfois de véritables douleurs comme des maux de tête ou de ventre ou des problèmes digestifs avec des diarrhées.

Est-ce grave ? 

Le trouble anxieux généralisé a des répercussions dans la vie qui peuvent être importantes. En effet, les difficultés de concentration, les problèmes de mémoire et de sommeil peuvent rendre une activité professionnelle beaucoup plus difficile, pénible, voire même impossible, motivant des arrêts de travail par exemple. Il peut y avoir des répercussions dans la vie sociale et familiale : on se sent plus irritable, on s’énerve facilement, on peut avoir moins envie de voir des gens.
Mais le principal risque de complication est la dépression. 80 % des gens ayant soufferts de trouble anxieux généralisé ont présenté ou présenteront une dépression, c'est-à-dire un état de tristesse majeur où plus rien ne fait envie, où on n’arrive plus à faire les choses habituelles où certains ont même envie de mourir et font des tentatives de suicide.
Il existe aussi un risque plus important pour d’autres maladies psychiatriques comme l’agoraphobie.

Y a-t-il un traitement ?

Heureusement, il existe un traitement efficace. Il existe plusieurs armes à disposition de celui qui souffre de trouble anxieux généralisé.
 
Des règles d’hygiène de vie.
 
Et oui, avant de faire compliquer, il faut commencer par des choses simples. Si cela peut ressembler à des conseils de votre grand-mère, ces quelques mesures ont fait la preuve de leur efficacité à travers plusieurs études scientifiques.
Ces quelques conseils permettent de diminuer fortement l’anxiété mais aussi un tas d’autres maladies comme le diabète, l’hypertension, le cholestérol, l’obésité…
Elles consistent en :
-Une alimentation équilibrée, en favorisant les fruits et légumes, en ne mangeant pas entre les trois repas principaux, sauf pour une collation à 10h ou à 16h pour les plus gourmands.
-Une activité physique régulière. C’est particulièrement efficace et ça ne demande pas forcément beaucoup de temps. En effet, 30 minutes de marche quotidienne est déjà un très bon début et il suffit par exemple de prendre le métro une station plus loin à l’aller et au retour de son travail. Pour ceux qui veulent pratiquer un sport de façon régulière, c’est encore mieux. Il n’y a pas de recommandation particulière sur le type de sport; ce qui est important, c’est d’avoir une pratique régulière qui soit agréable. Pour ceux qui n’ont pas fait de sport depuis longtemps, il vaut mieux débuter doucement et progressivement voire même faire un petit bilan de santé chez son généraliste si on a quelques problèmes de santé. 
-Un aménagement de son emploi du temps : un des soucis de nos sociétés modernes est qu’il faut être productif et aller vite. Pourtant pour le corps et l’esprit, il est parfois essentiel d’aller doucement, de savoir souffler, d’arrêter de travailler et se réserver des plages de repos et de loisirs, pour se changer les idées
-Et enfin une suppression des toxiques en excès : tabac, alcool, café et toutes les autres drogues. En effet, si on a l’impression que la cigarette détend au moment où on tire dessus, à long terme, le tabac tout comme une consommation excessive d’alcool sont des substances qui favorisent le stress.
 
La relaxation
 
Il existe quelques exercices simples de relaxation que l’on peut faire chez soi.
Par exemple, on peut essayer de pratiquer la respiration abdominale qui est à la base de nombreuses disciplines de relaxation
Pour ceux qui veulent développer leurs capacités à se relaxer, il existe des méthodes d’apprentissage avec un CD.
On peut aussi se faire aider par un professionnel, un relaxologue, ou encore apprendre une  des techniques ancestrales de relaxation : Yoga, Tai Chi Chuan, Qi Gong.
 
Les psychothérapies
 
Il existe plusieurs types de psychothérapies. La plus reconnue dans le trouble anxieux généralisé sont les thérapies cognitives et comportementales.
 
Thérapies cognitives et comportementales
 
Le principe de ces thérapies est d’associer :
-une approche cognitive : le thérapeute aide le patient à reconnaître les pensées irrationnelles, à le faire réfléchir sur la probabilité de survenue des évènements négatifs (souvent surestimée.
-une approche comportementale avec notamment des exercices de relaxation. 
 
Psychothérapie analytique
 
Les psychothérapies analytiques sont des thérapies qui cherchent à expliquer les difficultés actuelles d’une personne par des conflits inconscients. Pour résoudre ses conflits, le patient revient sur son passé et par un mécanisme d’associations de la pensée finit par comprendre en quoi ses difficultés actuelles sont la résultante de son histoire personnelle. Ce sont des thérapies souvent longues (plusieurs années) qui visent à changer le sujet en profondeur. Elles sont particulièrement adaptées si le trouble anxieux généralisé fait partie d’un cortège d’autres symptômes. 
 
Traitement medicamenteux
 
Attention les médicaments ne sont pas automatiques, loin de là. Il faut toujours privilégier les mesures hygiéno-diététiques que nous avons vues plus haut, la relaxation et les psychothérapies.
Cependant, dans certains cas, ce n’est pas suffisant. Le traitement médicamenteux de référence dans le trouble anxieux généralisé, ce sont les antidépresseurs. 

Les antidépresseurs sont un traitement au long cours particulièrement efficace. Ils traitent la cause des troubles anxieux, liée à un dysfonctionnement d'une hormone dans le cerveau, la Sérotonine. Leur délai d’action est généralement de trois semaines et ils doivent être maintenus au moins six mois. On les réserve donc aux cas où le trouble anxieux généralisé est sévère et résistant aux conseils donnés plus hauts, à la relaxation et aux TCC. Ils ne créent pas d'accoutumance et n'ont généralement que des effets secondaires minimes. Pour en citer quelques uns: Escitalopram (Seroplex), Paroxetine (Deroxat), Venlafaxine (Effexor) etc...

Ponctuellement, et sur la durée la plus courte possible, des traitements anxiolytiques type benzodiazépines peuvent être prescrits. Ceux-ci vont faire diminuer l'anxiété mais ne traitent pas en profondeur le trouble anxieux généralisé comme peuvent le faire les antidépresseurs. Pris sur de longues durées, les benzodiazépines peuvent entraîner une accoutumance et un besoin d'augmenter les doses. Une alternative aux benzodiazépines est l'Hydroxyzine (Atarax) qui ne crée pas de dépendance.

De manière alternative aux antidépresseurs, il est aussi possible d'utiliser la Prégabaline (Lyrica), le Buspar (Buspirone) ou encore l'Euphytose, qui est une combinaison d’extraits de plantes qui peut aider à soulager l’anxiété.

Témoignage

Jean 45 ans, Paris
 
J’ai toujours été d’un naturel anxieux. Pourtant il y a deux ans, dans les suites de la naissance de mon fils, j’ai commencé à me faire du souci pour tout et n’importe quoi, en permanence. J’avais peur qu’il arrive un problème de santé à mon fils. J’étais inquiet de ne pas pouvoir faire face à ce que l’on me demandait au travail. Je n’arrivais plus à trouver le sommeil et je passais une bonne partie de la nuit à fixer le plafond à essayer de savoir ce qui se passerait si je me faisais virer de mon travail. Ma santé aussi me préoccupait car je me sentais tendu, « pas bien », j’avais l’impression que je traînais une mauvaise maladie. J’ai donc été voir mon médecin avec qui j’ai longuement parlé de mes problèmes. Il m’a orienté vers une psychologue avec qui j’ai pu apprendre comment gérer mon anxiété et qui m’a montré que le fait de me faire autant de soucis ne m’aidait pas à trouver des solutions. Mon médecin m’avait proposé des médicaments que j’ai refusés. Avec les techniques de relaxation et en changeant mon mode de vie (faire de la natation une fois par semaine), je reste toujours un peu anxieux, mais j’arrive à me contrôler et j’ai réussi à retrouver un bon sommeil et mes capacités de concentration.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire