vendredi 12 juin 2009

Insomnies

 
Insomnies
Cela fait maintenant 2 ans que j’ai des gros problèmes de sommeil. Impossible de m’endormir !
J’ai essayé tous les traitements ou presque. J'ai commencé par la phytothérapie, puis Donormyl, puis Stilnox, puis Imovane, puis Tetrazepam+Donormyl, puis Urbanyl, et enfin Rivotril sauf que la seule chose qui marche une fois de temps en temps c'est Urbany10mg+Stilnox, le lendemain je suis totalement stone. Donc je limite la consommation de médocs résultat je dors environ 2 nuits par semaine.
Je n’en peux plus et mon médecin généraliste semble à cours de ressource. Qu’en pensez vous ? Reste-t-il encore des solutions ?
 
Dans le cas de troubles du sommeil, la première chose à déterminer est s’il s’agit d’un problème d’insomnie primaire ou s’il s’agit d’une insomnie secondaire à un trouble psychiatrique comme la dépression ou une anxiété généralisée.
Dans le cas d’une insomnie secondaire, il faudra traiter en premier lieu le problème initial, dépression ou autre. Le sommeil redeviendra normal après.
Dans le cas d’une insomnie primaire, problème extrêmement fréquent, la prise en charge est toute autre.
Il existe en premier lieu des conseils tout simples :
-Réserver le lit et la chambre uniquement pour le sommeil.
-Proscrire les activités d’éveils (lecture, radio, TV) dans le lit.
 
-Ne pas faire d’activité stressante ou d’activité physique (hormis relations sexuelles) dans les 2-3 heures qui précèdent k’heure du coucher.
-Sortir du lit et de la chambre si l’endormissement ne survient pas dans les 10-15 minutes.
-Entreprendre une activité calme
-Ne retourner au lit que lorsque que le besoin de dormir réapparaît
-Renouveler ces 3 étapes autant de fois que nécessaire
 
On peut aussi proposer une prise en charge en thérapie cognitivo-comportementale :
-Une des techniques est la restriction de sommeil : le principe est de retarder l’heure du coucher et maintenir une heure de lever régulière. On va ainsi créer une dette de sommeil. L’idée est que la personne sera réellement fatiguée à l’heure du coucher et dormira donc quasiment immédiatement.
Ex : pas de coucher avant 2h du matin et lever à 7h du matin.
Dès que la personne récupère un bon sommeil sur cette plage horaire, on avance l’heure du coucher, à 1h30 par exemple.
Bien entendu, il ne faudra pas faire de sieste durant la journée.
-Il existe bien entendu bien d’autres techniques. Le but de certaines d’entre elles sera de travailler sur l’angoisse que représente le fait de ne pas dormir : le patient moins angoissé par son insomnie dormira mieux !
 
Enfin, il existe un panel de traitements médicamenteux plus ou moins satisfaisants. Les principales classes sont :
-Les antihistaminiques (Atarax, Donormyl…)
-Les benzodiazépines et leurs dérivés (Rivotril,  Stilnox, Imovane…)
-Les neuroleptiques sédatifs (Tercian…)
Les benzodiazépines et dérivés sont particulièrement utilisés. Ils présentent le gros inconvénient de créer des dépendances et de nécessiter des doses toujours croissantes…
Les médicaments peuvent être une aide ponctuelle mais sont rarement une bonne solution à long terme.

Afin de traiter au mieux les problèmes de sommeil, parlez en avec votre généraliste ou votre psychiatre. Evitez à tout prix l’automédication ! Enfin, si le problème persiste, il existe des consultations spécialisées dans certains hôpitaux.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire