samedi 28 mars 2015

Psychiatrie et information de l'entourage

L'entourage des patients suivis en psy se plaint parfois d'un manque d'information. Une bonne communication entre les proches du patient et le psychiatre est dans certains cas essentielle mais ne peut se faire que dans certaines conditions. Explications à partir d'une question de Jacqueline.
psychiatrie famille entourage information psy

Notre petit-fils présentant des troubles du comportement depuis plusieurs années et fumant beaucoup de cannabis vient d'être hospitalisé par sa mère. Nous n'avons aucune information de la part du psychiatre qui le suit sur son état de santé et sur son avenir. Nous n’avons vu le psychiatre qu'une seule fois et en présence de notre petit-fils.  Nous souhaitons pouvoir nous entretenir avec lui sans notre petit-fils pour pouvoir lui raconter son parcours. Quel droit d'information avons-nous, sachant qu'il est majeur? Nous sommes démunis devant le silence du  médecin. 

Les troubles psychiatriques sont source d’une souffrance importante pour le patient mais aussi pour son entourage. Les proches sont souvent confrontés à des modifications du comportement de l’être cher sans savoir comment l’aider. L’explication des troubles et du traitement par le psychiatre permet à l’entourage de se sentir compris et soutenu.

Cependant, cette information ne peut être donnée qu’avec l’accord du patient, dans le respect du secret médical. C’est pour cette raison que les familles ne sont généralement pas reçues en l’absence du patient.

Parfois le patient refuse que ses proches soient informés de son état de santé. Ces situations sont particulièrement difficiles à vivre pour l’entourage. Dans ce cas, le psychiatre n’a pas le droit de répondre aux sollicitations de la famille et ne peut qu’encourager le patient à plus de communication avec son entourage.

En psychiatrie, l’information des proches est fondamentale. Elle permet à l’entourage de mieux comprendre les troubles du patient, de mieux l’aider au quotidien et de le soutenir dans sa démarche de soins. Lorsqu’il n’est pas entendu, l’entourage a souvent une attitude de défiance vis-à-vis du psychiatre traitant.

Dans votre cas, il me semble donc que le psychiatre ne peut vous recevoir qu’en présence de votre petit-fils. Si vous avez des questions sur ses troubles ou les traitements, votre petit-fils doit être présent à l’entretien puisqu’il est le principal acteur de sa prise en charge. Si vous souhaitez communiquer des informations au psychiatre sans que votre petit-fils soit au courant, il y a toujours la possibilité d’écrire un courrier au psychiatre. Le courrier sera lu mais le psychiatre ne pourra pas y répondre sans autorisation de votre petit-fils.

1 commentaire:

  1. Hi there i am kavin, its my first occasion to commenting anyplace, when i read this article i thought i could also create comment due to this brilliant paragraph. hotmail email sign in

    RépondreSupprimer